Un grand classique de l’été : le coup de soleil !

La relation que l’homme entretient avec le soleil varie en fonction des modes et du temps. Sous l’ancien régime (XVIe-XVIIIe siècle), les femmes se cachaient des rayons solaires pour satisfaire à la mode de l’époque : avoir une peau blanche et laiteuse. Au contraire, le XXe siècle est marqué par le désir de bronzer. Les lampes bronzantes et crèmes autobronzantes prolifèrent. Dans un même temps, les recherches scientifiques nous incitent à de plus en plus de prudence face au soleil vis-à-vis de notre peau, même s’il est indéniable que le soleil nous est indispensable pour fabriquer notre vitamine D (indispensable à notre squelette et pour prévenir le rachitisme), pour soulager certaines douleurs, pour lutter contre la dépression saisonnière en nous aidant à synthétiser les hormones de la « joie de vivre », ou contre les cancers du seins et du colon. Mais la modération est de mise !

Les rayons solaires couvrent une large gamme de longueurs d’onde allant de l’infrarouge (IR) à l’ultraviolet (UV). Les longueurs d’ondes responsables du bronzage se situent dans les UV. On compte 3 types d’UV : les UVA, les UVB et les UVC.

 

Les rayons ultraviolets A

Les UVA (UV de grandes longueurs d’onde) sont non filtrés dans l’atmosphère, traversent le verre, entraînent un certain bronzage, selon le type de peau, autrefois considérés comme inoffensifs, on les juge aujourd’hui néfastes à long terme, à cause de la fabrication de radicaux libres, cancérigènes à long terme car ils pénètrent les couches profondes de la peau, endommageant ainsi les fibres d’élastine et de collagène du derme

 

Les rayons ultraviolets B

Les UVB ( UV de moyennes longueurs d’onde) une partie est filtrée dans l’atmosphère par la couche d’ozone, ils ne traversent pas le verre, ils provoquent l’érythème (rougeur) de la peau et les brûlures (coups de soleil). Ils sont responsables du bronzage immédiat, du vieillissement prématuré et accéléré de la peau, des allergies au soleil (lucites), de l’apparition des rides et du cancer de la peau. leur intensité maximale est à midi. Leur forte énergie peut provoquer la nécrose des cellules de l’épiderme. Ces cellules endommagées portent le nom de « sunburn cells » et libèrent des médiateurs chimiques qui contribuent aux manifestations inflammatoires du coup de soleil. Ils ne brûlent pas comme les UVB. Ils produisent une pigmentation immédiate due à l’oxydation de la mélanine déjà présente dans la peau.

 

Rayons ultraviolets C

Les UVC (UV de courtes longueurs d’onde) ils sont filtrés dans l’atmosphère par la couche d’ozone, avant qu’ils n’atteignent la terre, les lampes germicides (utilisées dans les hopitaux en stérilisation) en sont les principales sources artificielles, ils brûlent la peau, leur principale cible étant l’ADN des cellules, ils sont particulièrement cancérigènes.

Lors d’une exposition au soleil, la surface de la peau réfléchit une partie des rayons UV. Le rayonnement résiduel est diffusé et absorbé en partie par les cellules de la peau engendrant le bronzage. On distingue le bronzage instantané du bronzage à retardement. Le premier est causé par l’action des UVA sur la peau. Celle-ci prend une teinte colorée au cours de l’exposition, mais retrouve graduellement sa teinte naturelle dans les quelques heures ou quelques jours qui suivent. Dans le cas du bronzage dit « à retardement », la peau met de deux à trois jours avant de se colorer. Ce type de bronzage peut persister plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Il est dû à un accroissement de la production et de la distribution de pigment foncé. En outre, la peau s’épaissit.

L’excès d’exposition aux UV peut conduire à trois types de lésions cutanées : les coups de soleil, le vieillissement prématuré de la peau et le cancer de la peau.

La réaction de la peau soumise aux effets des UV varie énormément d’une personne à l’autre. Elle dépend de la pigmentation de la peau et de la capacité à bronzer. D’après la classification de Fitzpatrick, on répertorie six grands types de peau (phototypes).

 

Qu’est ce qu’un coup de soleil ?

Coup de soleil Huile essentielleLe coup de soleil est le plus connu et le plus immédiat des effets de l’excès du rayonnement ultraviolet sur la peau.

C’est une inflammation cutanée, c’est-à-dire une brûlure, causée par un accroissement du débit sanguin sous la peau. Il peut s’attraper en 15 min et révèle que la peau a subi des dommages cellulaires. Dans les 15 à 20 heures qui suivent l’exposition, la peau prend une coloration rouge vif. Elle devient douloureuse et est suivie le plus souvent d’une desquamation.

Les paramètres faisant varier l’intentisté et le risque d’attraper un coup de soleil sont les suivants :

  •  La latitude (plus dangereux aux Seychelles – proximité de l’Equateur qu’à Paris)
  •  L’heure et la saison : risque maximum entre 12 et 16H en plein été
  •  La réverbération ambiante (eau, sable, neige…)

 

Le coup de soleil est une brûlure. Dans un 1er temps, une vasodilation augmente la circulation capillaire superficielle. La peau devient rouge. Quand les mécanismes de protection de l’organisme ne suffisent plus à contrecarrer les effets des UVB sur la peau la brûlure se développe. Plus tard et avant que la peau ne puisse s’adapter en augmentant sa pigmentation de mélanine, elle va peler.

 

Comment prévenir les coups de soleil ?

N’oubliez pas qu’un coup de soleil peut survenir même sans exposition directe : le rayonnement solaire est réfléchi par l’eau, mais aussi par le sable, un ciel nuageux laisse aussi passer les UVB et un coup de soleil est possible. Lorsque vous ressentez la sensation de brûlure, il est déjà trop tard et il faut alors renoncer au soleil pendant quelques jours.

 

Les crêmes solaires

crême solaire huiles essentiellesLe choix des produits solaires doit se faire selon son type de peau (phototype), selon l’âge et les conditions d’ensoleillement. Débutez par une protection forte la première semaine. La peau ne commence à bronzer qu’au bout de 3 jours, avant elle brûle, le temps que les mélanocytes migrent au niveau de l’épiderme.

Les écrans solaires sont conçus pour réduire les effets des UV sur la peau. Ils contiennent des filtres chimiques et/ou minéraux qui atténuent les effets du rayonnement ultraviolet.

Les fabricants de crème solaire indiquent un facteur de protection solaire (FPS) sur l’étiquette de leurs produits. C’est un facteur de protection contre l’érythème, dont le spectre d’action s’étend des UVB jusqu’aux UVA. Le FPS est indiqué parfois sous le nom de IPS (indice de protection solaire). Le facteur de protection solaire est indispensable pour le choix d’une crème solaire.
Plus ce facteur est élevé, plus la protection solaire est grande.
L’indice de protection est aussi le rapport entre la dose d’UV nécessaire pour obtenir un coup de soleil avec et sans la crème solaire. Ainsi, au laboratoire sous une source qui émet un rayonnement constant dans le temps et pour une crème qui inclut des produits photostables, si une personne a un coup de soleil au bout de 10 minutes sans protection, un IP 15 signifie qu’il faudra 150 minutes (soit 15 fois 10 minutes ou 2h30) pour obtenir le même coup de soleil avec ce produit solaire. Donc plus l’indice est élevé, meilleure est la protection, contre le coup de soleil. Mais il ne faut pas perdre de vue que toutes les personnes ne sont pas égales au regard des risques. Les peaux claires ont besoin d’une protection plus élevée contre les UV que les peaux mates.

Il faut savoir que la protection contre les UV est proportionnelle à la valeur de l’IP :

  • Un IP 2 arrête 50% des UV
  • Un IP 15 arrête 93% des UV (il laisse passer 1/15 soit 7% des UV)
  • Un IP 20 arrête 95% des UV
  • Un IP 30 arrête 97% des UV
  • Un IP 50 arrête 98% des UV

Comment appliquer la crême solaire?

Appliquez un produit solaire dès le début de l’exposition, en respectant les quantités recommandées. N’oubliez pas les zones très exposées que sont le nez, les pommettes, les oreilles, le dos des mains et des pieds.

 

Quand appliquer la crême solaire?

Renouvelez régulièrement les applications (toutes les deux ou trois heures), sachant que le temps de protection du produit solaire peut être diminué par les activités sportives, la baignade, la transpiration, les séchages répétés avec une serviette, etc.

 

Quand s’exposer au soleil ?

L’exposition doit être progressive, surtout chez les personnes ayant un phototype sensible. L’utilisation d’une crème solaire n’autorise pas une exposition prolongée. Les premiers jours, ne vous exposez pas plus d’un quart d’heure en plein soleil. Puis augmentez progressivement la durée.

Le rayonnement solaire est le plus intense entre 11 heures et 16 heures ; passez ces heures à l’ombre.

 

Quelle est la meilleur protection ?

La meilleure protection contre le soleil est vestimentaire. Mettez dans vos valises des vêtements longs (chemise à manches longues, pantalons), amples et perméables à la transpiration (coton, lin et tissus non synthétiques). Plus ils sont épais et foncés, moins ils laissent passer les rayons ultraviolets. Portez des chapeaux à bords larges et des chaussures pour éviter de marcher pieds nus sur le sol brûlant.

 

Evitez les produits de beauté

Evitez les produits de beauté, évitez les parfums ou les lotions après-rasage avant le bain de soleil car ils favorisent l’irritation, les huiles essentielles contenant des coumarines (agrumes sans exception, Angélique, Khella…) et le parfum avant l’exposition au soleil, certains d’entre eux peuvent contenir des substances qui laisseront des traces pigmentées définitives.

 

Votre médecin peut vous conseiller?

Prévenez votre médecin de vos projets de voyage au soleil, afin qu’il puisse vous conseiller. De nombreux traitements médicamenteux exposent à un risque de photosensibilisation (certains antibiotiques particulièrement prescris en cas d’acné chez les adolescents, diurétiques…etc) il conviendra alors de le suspendre le temps de l’été, chez certaines personnes, un simple contact cutané avec des psoralènes présents dans certains légumes ou fruits  (figues, agrumes…) peut provoquer cette photosensibilisation.

 

Buvez ou mangez des carottes !

De même qu’une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours », une carotte par jour pourrait bien faire de l’ombre au soleil. C’est la conclusion de l’analyse publiée récemment par les professeurs W. Köpcke et J. Krutmann (Allemagne). Les compléments alimentaires à base de caroténoïdes préviennent surtout les méfaits des UVA, ils peuvent contenir aussi du lycopène de tomate aux propriétés anti radicalaires et anti oxydantes, il stimule la synthèse de mélanine et améliore la tolérance au soleil.

 

Pour plus de sécurité

Demandez l’avis de votre pharmacien dans les cas suivants :

  • Le coup de soleil est associé à d’autres symptômes : mauvais état général (maladie, évanouissement), fièvre, nausée, maux de tête, etc..
  • Le coup de soleil est sévère, étendu, les cloques sont de grande dimension et / ou infectées.
  • Vous vivez une étape de la vie méritant plus d’attention : petit enfant, personne âgée.
  • Vous avez des taches cutanées ou des grains de beauté de plus de 5 mm de diamètre, avec un bord irrégulier et d’aspect changeant.

 

Vous avez quand même pris un coup de soleil : conseil pharmaceutique :

Avant tout soin de la peau, lavez-vous les mains soigneusement avec un savon liquide neutre.

Appliquez ensuite le produit directement sur la peau. Ne le rincez pas.

Pour les brûlures : Supprimer la cause ou écarter le danger. Refroidir le plus tôt possible, pendant 5 minutes, par arrosage. Retirer les vêtements qui ne collent pas à la peau.

Appliquez des compresses humides froides (mais pas glacées)   pendant 15 à 30 minutes

  • Prenez une douche rafraîchissante
  • Buvez abondamment

Évaluer la gravité :

Brûlure grave

Allonger la victime (de préférence sur un drap propre), alerter les secours et surveiller l’évolution.

 

Brûlure simple

Ne pas percer la cloque et refroidir.

Après avoir fait couler ou appliqué de l’eau froide sur la brûlure immédiatement, appliquez de manière circulaire la préparation apaisante, jusqu’à entière pénétration.

Protégez bien la peau nouvellement cicatrisée avec une protection solaire maximale pour éviter les tâches brunes.

Consulter un médecin si la plaie devient rouge, chaude, gonflée ou douloureuse.

En cas de coup de soleil, ne vous exposez plus au soleil après le traitement.

Toute apparition de fièvre, de cloques remplies de liquide doit vous amener à consulter, de même qu’une absence de cicatrisation au bout de 7 jours

 

L’aromathérapie : LA solution contre le coup de soleil !

L’huile essentielle de Lavande officinale est antiseptique et bactéricide. Appliquée pure ou diluée sur la peau elle soulage les brûlures, les piqûres d’insectes, cicatrice les plaies et les ampoules, éloigne les poux et autres ectoparasites (puces, aoûtats…).

 

1er geste 

huile essentielle de lavande

La lavande officinale : appliquer quelques gouttes sur de petites surfaces brûlées ou/et cloquées, toutes les 15 min tant que l’inflammation est vive, 5 à 6 fois par jour si nécessaire, jusqu’à apaisement total.

NB : Appliquer de la Lavande vraie pure sur la peau d’un adulte ou d’un enfant ne pique pas plus que d’y appliquer de l’eau.

 

Formule plus complète  en massage :

  • Huile essentielle de Lavande officinale (bio) : 120 gouttes
  • Huile essentielle de Géranium rosat (bio) : 60 gouttes
  • Huile essentielle de Lemongrass (bio) : 60 gouttes
  • Huile végétale de Millepertuis (bio) : qsp 50 ml

Masser la brûlure toutes les 15 min puis 3 à 6 fois fois par jour, pendant 2 à 3 jours.

Attention l’huile végétale de Millepertuis bio est photosensibilisante, pas d’exposition solaire de la zone massée avec cette préparation dans les 3 heures au moins après l’application, vous pouvez sinon utiliser de l’huile végétale de Calophylle inophylle anti-inflammatoire et non photosensibilisante à la place, son seul inconvénient est son odeur « particulière ».

 

Pour apaiser de l’intérieur

Huile essentielle de Camomille noble bio : déposer une goutte sur un comprimé neutre et avaler la, cela va apaiser de l’intérieur la brulure de la peau, à renouveler si nécessaire le soir du coup de soleil, puis absorber 2 fois par jour jusqu’à disparition des symptômes.

 

Préparer sa peau en douceur au soleil

Faites préparer à votre pharmacien en fonction de l’effet recherché l’huile suivante :

Les huile pour renforcer les défenses naturelles :

  • Huile essentielle de Géranium d’Egypte (bio) : 90 gouttes
  • Huile essentielle de Niaouli (bio) : 30 gouttes
  • Huile essentielle d’Ylang ylang (bio) : 60 gouttes
  • Huile végétale d’Argan (bio) : qsp 50ml

Appliquer tous les soirs 3 pressions du mélange sur le visage (mais aussi sur le corps, notamment aux endroits plus fragiles, sujets à l’allergie solaire ou qui seront plus exposés au soleil)

 

Les huiles pour éviter la lucite (allergie solaire) :

  • Huile essentielle de Géranium d’Egypte (bio) :90 gouttes (régénération cutanée, renforcement des défenses)
  • Huile essentielle de Camomille noble (bio) : 60 gouttes (renforcement et apaisement immunitaire))
  • Huile végétale d’Argan (bio) : qsp 50ml

Appliquer tous les soirs 3 pressions du mélange sur le visage (mais aussi sur le corps, notamment aux endroits plus fragiles, sujets à l’allergie solaire ou qui seront plus exposés au soleil).